Québec : L’évaluation comparative des diplômes étrangers

diplomeL’interprétation des équivalences des diplômes obtenus à l’étranger peut varier grandement d’une entreprise à l’autre ou d’un organisme à l’autre. Il est important de bien s’informer et de voir si premièrement, une étude comparative de vos diplômes est nécessaire. Un bon endroit pour commencer est le site internet d’immigration Québec. Sur ce site, vous pourrez trouver toute l’information pertinente concernant L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec.

L’obtention de ce document pourra vous indiquer à quoi correspondent les études que vous avez effectuées hors du Québec et ce par rapport au système scolaire québécois et à ses principaux diplômes. Ce document n’est pas un diplôme ni une équivalence de diplômes, c’est plutôt une opinion d’experts, émise uniquement à titre indicatif. Les employeurs, les organismes ou les établissements scolaires ne sont pas tenus de reconnaître ce document et peuvent juger eux-mêmes de la formation que vous avez reçue à l’étranger et l’évaluer avec des critères et des méthodes bien à eux. Il est à noter que le délai pour obtenir une évaluation peut varier et prendre jusqu’à 6 mois.

L’Évaluation comparative n’est pas toujours nécessaire et pour ne pas retarder vos démarches professionnelles. Il est important de vérifier si ce document vous est essentiel. Vous n’avez certainement pas besoin de l’évaluation pour débuter la recherche d’un emploi! Par contre, si vous désirez poser votre candidature à un ordre professionnel, informez-vous auprès de l’ordre avant d’entreprendre vos démarches. Vous éviterez peut-être des frais inutiles. D’autre part, si vous vous apprêtez à poursuivre vos études, il est pertinent de vérifier auprès de l’institution qui vous intéresse si l’évaluation est exigée.

Dans certains cas, l’Évaluation comparative est nécessaire. Par exemple, pour obtenir un permis d’enseigner au Québec, pour poser sa candidature à des emplois de la fonction publique municipale, provinciale ou fédérale ainsi que pour déposer une demande d’aide financière à la Financière agricole du Québec.

 Source: Immigration Québec

Auteur de l’article : Charles-Henry